Saddle Fitting check ajustement de selle

                Bien comprendre la biomécanique du cheval nous permet de constater que ce dernier doit utiliser l’ensemble de son corps pour se déplacer et porter son cavalier dans une attitude saine. Un groupe musculaire travaillant moins, surchargera les autres. Plusieurs des muscles responsables de la locomotion du cheval se situent directement sous la selle. Une selle adéquate réparti le poids sur la plus grande surface possible en stabilisant l’appui. Pour ce faire, son choix doit respecter certaines règles que voici. N’oubliez pas que dépenser un montant élevé pour une selle n’en garantie pas l’ajustement. Des selles abordables, de bonne qualité et ajustables sont maintenant disponibles sur le marché.

1- Choisir son type de selle

Si la discipline impose généralement le type de selle, les cavaliers de loisir ne fréquentant pas nécessairement les terrains de concours règlementés ont quant à eux l’embarras du choix:

  • La selle western pour plus de stabilité.
  • La selle de dressage à la rencontre de la stabilité et de la proximité avec le cheval.
  • La selle de saut pour une assiette légère, permettant au cavalier d’accompagner son cheval dans une grande amplitude de mouvements.

2- Opter pour la bonne taille pour le cavalier

La taille du pantalon, la longueur de la cuisse, la morphologie du bassin sont autant de caractéristiques à prendre en considération dans le choix de la selle. Une selle trop grande n’offrira pas suffisamment de stabilité au cavalier. Une selle trop petite quant à elle, mettra le centre de gravité trop en arrière dans la selle et déséquilibrera celle-ci. La position de la jambe du cavalier est directement influencée par la taille et la longueur du quartier, la position des taquets, l’emplacement du couteau d’étrier. Si les cavaliers avec des jambes standards n’auront pas trop de difficulté à se positionner dans une selle régulière, les cuisses très longues ou les jambes très courtes se positionneront difficilement, voir déstabilisera l’assiette. Un genou dépassant du quartier de la selle pourrait même gêner le mouvement des épaules.

3- Vérifier l’intégrité de la selle

L’achat d’une selle usagée peut représenter une importante économie. Pour évaluer de l’état d’une selle usagée, glissez la main dans la gouttière pour vérifier que rien ne dépasse. Vérifiez ensuite que la selle ne peut pas être pliée en tirant le troussequin vers soi, le pommeau appuyé sur soi. Si la selle est ajustable, ouvrez le mécanisme ou l’arcade. Regardez la qualité des vis ou de son mécanisme servant à son ajustement. Vérifiez l’état du cuir des contre-sanglons. La matelassure est-elle toujours en bon état et toujours bien ferme?

Exemple de selle brisée en son centre.

4- Identifier la zone de portage et les particularités du dos du cheval

La zone de portage de la selle est la zone sur laquelle repose la selle. Elle se situe derrière les scapulas et devant les dernières côtes. La colonne du cheval en est exclue. La selle doit reposer sur la zone musculaire du dos, bien que ce ne soit pas ceux-ci qui sont responsables, à proprement parler, de porter le poids du cavalier. Ces muscles assurent la locomotion du cheval.  La zone de portage doit donc être la plus grande possible afin d’assurer un maximum de confort pour le cheval et ne pas gêner le travail de ces muscles. La zone de portage doit aussi être la plus stable possible.

saddle fitting on horse

5- Le dos du cheval présente-t-il des particularités?

Le cheval a-t-il un garrot long ou saillant? Le dos est-il droit ou creux? Les scapulas sont-elles proéminentes? La cage thoracique est-elle courte? Certains chevaux sont très faciles à habiller, la plupart en fait. Le cas du garrot long est un peu plus compliqué, celui-ci venant parfois à la rencontre de l’arçon, au fond de la gouttière de la selle. Les scapulas massives ou asymétriques seront aussi sujet à une attention spéciale. Finalement, les dos ayant une pente descendante seront aussi un défi.

6- Évaluer la longueur

La longueur maximale sera déterminée par les limites antérieures et postérieures de la zone de portage, soit la fin de la scapula et la fin de la dernière côte (T18). Une selle trop longue dérangera l’équilibre de la région lombaire du dos et pourrait même déclencher des ruades. Un cheval au dos très court représente un autre défi, le cavalier ayant parfois quant à lui besoin d’un appui plus long.

saddle fitting placement de la selle

7- Sélectionner l’ouverture de l’arcade

L’angle de l’ouverture de l’arcade doit être celle qui permet l’entrée des scapulas sous la selle. Plusieurs méthodes statiques permettent de déterminer cet angle, mais aucune n’est aussi efficace que la lecture par un tapis à capteur de pression. Seule une mesure en mouvement au trois allures assure un confort au cheval au niveau des scapulas.  Cette ouverture d’arcade balancera la selle de sorte que le point le plus creux du siège sera au-dessus du centre de gravité du cheval (T13), favorisant ainsi la juxtaposition des centres de gravité du cheval et du cavalier.

La bonne ouverture de l’arcade fait toute la différence!

8- Confirmer la taille de la gouttière

La gouttière de la selle a pour rôle de protéger la colonne vertébrale et son précieux ligament supra-épineux. Elle doit être suffisamment large, mais aussi suffisamment profonde et dégagée pour que le garrot ne rencontre jamais l’arçon de la selle. Si la largeur de la gouttière dépend de la structure de la selle, sa profondeur quant à elle dépend de la qualité de la matelassure qui l’entoure.

9- Les matelassures

Les matelassures ont pour rôle d’ajuster la surface de contact de chaque côté de la colonne. Elles permettent une certaine quantité de mouvements entre le dos du cheval mobile et l’arçon rigide. Elles sont le plus souvent en laine (feutre), parfois en mousse mémoire, ou encore composées de chambre à air ajustable ou non. Si la laine peut être ajustée simplement et avec précision, elle a le désavantage de se déplacer et de s’écraser avec le temps. La mousse quant à elle peut être ajustée de manière très précise, à grand coût et grand délai, dans des selles souvent faites sur mesure. Finalement, le système Cair ou Flair qui contient des chambres à air qui résiste bien au temps qui passe. Ce système assure la profondeur de la gouttière. Ils constituent une solution intéressante lorsque accompagnés d’un amortisseur.

Matelassure selle cheval

10- Comparer la forme de l’arçon à celle du dos

L’arçon est souvent confondu avec l’arcade. L’arçon est l’ensemble du squelette de la selle. Les matelassures ne servent pas à composer la différence de forme entre le dos et celle de l’arçon. Un arçon idéal est celui qui est parallèle à la ligne du dos du cheval, et ce, en trois dimensions. Les matelassures pourront atténuer les points de pression causés par une légère divergence d’angle entre le dos du cheval et l’arçon. Même si la selle idéale n’existe pas ou, lorsqu’elle l’est, c’est très temporaire, certains éléments peuvent atténuer ces points de pressions: le sanglage adéquat, par exemple, ou encore, un amortisseur de mousse mémoire augmentant la surface de contact. Finalement, ces points de pression ne doivent en aucun cas affecter les zones sensibles ne faisant pas parti de la zone de portage, soit la colonne, les scapulas ou la région lombaire du cheval.

Saddle fitting points de pression

11- Valider l’ajustement et le choix de la selle en mouvement à l’aide d’un tapis numérique à capteurs de pression

Malgré toutes ces précautions, rien ne vaut une analyse en mouvement de l’équilibre du couple cheval cavalier. Le saddle fitting traditionnel ne permet pas de comprendre l’impact du mouvement du cheval sous  la selle, ni celui du cavalier. Seule une analyse dynamique au tapis numérique à capteurs de pression permettra de vérifier comment la selle accueille  le mouvement du cheval et protège ses structures sensibles aux trois allures. L’attitude en selle du cavalier pourra être ajustée en temps réel. Aucune selle, aussi bien ajustée soit-elle, ne pourra compenser la mauvaise attitude du cavalier, tout comme aucun cavalier ne pourra léviter au-dessus d’une selle touchant la colonne du cheval.

Saddle fitting avec le tapis à capteurs de pression
Image (print screen de vidéo) générée par le tapis numérique à capteurs de pression.
Source: Equi-Metrix

Conclusion:

Les conséquences d’une mauvaise selle peuvent être importantes, particulièrement sur le dos d’un jeune cheval. L’idéal est bien certainement d’ajuster la selle au cheval dès ses premiers pas monté. Une selle bien ajustée au jour A ne le sera pas nécessairement 6 mois après, l’entraînement ou la croissance ayant fait son œuvre. Il importe de vérifier la selle aux 3 à 6 mois, afin d’éviter les dommages permanents que pourraient causer une mauvaise selle. Une fois la selle bien ajustée, faites appel à un professionnel pour de vérifier l’état du dos du cheval, soit un ostéopathe ou un chiropraticien équin, qui doivent aussi être un vétérinaire équin bien sûr! Finalement, rien ne vaut un professionnel d’expérience muni d’équipement adéquat pour ajuster et choisir votre selle.

Share: